AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 hi, stranger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myra Fox
avatar
missive : 7
since here : 26/02/2017
id, © : zoey deutch, sparrow
alias : abisror, lizzie.

MessageSujet: hi, stranger.   Ven 26 Mai - 9:31


(○○○)

Tap. Tap. Seul bruit à ses oreilles dans ce couloir bruyant de lycéens en rute. Elle n’entend que ses pas, le bruit de ses vieilles converses usées sur le carrelage du couloir menant à son premier cours. Les yeux rivés sur les trous de son denim, elle essaye de ne rien entendre, de prétendre sous le port factice de ses écouteurs, de se créer une bulle. Elle arrive, en zigzagant entre les élèves, jusqu’à son casier. Elle ne se détache pas des autres, avec ses converses bordeaux trouées d’usure, son denim troué, sa chemise bucheron son débardeur noir, sa queue de cheval négligée de toute ado de dernière années. Elle glisse ses livres dans son sac, des plus banales, et se dirige vers son casier, sans se préoccuper qu’on lui prête ou non attention. Quand elle pénètre dans la salle de son premier cour son professeur n’est pas encore là. Des groupes sont déjà formés autour de quelques tables, dispatchés dans toute la classe. Ils ne lui prête pas attention à cette fille fantôme, ombre de sa propre ombre. Elle se glisse dans un grincement de chaise à la dernière place près de la fenêtre. Elle extirpe sa dernière trouvaille. Un vieil exemplaire d’un auteur inconnu, un recueil de nouvelles. Elle extirpe d’entre les pages, ce vieux totem, ce morceau de passé prêt à passer au stade de poussière. Pauvre fleur séchée d’une autre époque. La classe se remplie, le bruit est plus présent, mais derrière ses écouteurs factices, elle ne semble de se soucier de rien. Pauvre ingénue, âme solitaire, que la vie à trop souvent pris comme cible dans un jeu de fléchettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flynn Eastwood
avatar
missive : 4
since here : 26/02/2017
id, © : ross butler, mine.
alias : freesia, math.

MessageSujet: Re: hi, stranger.   Ven 26 Mai - 10:36


(○○○)

Une poignée de main par ici, une poignée de main par là.  Il salua ces personnes qu'il avait vu durant l'été et qu'il revoyait depuis deux ans. Ses soi-disant amis, ses amitiés éphémères, mais merveilleuse dans l'instant présent. Gravées à jamais sur le sol de cet établissement qui changeait la vie de n'importe quel individu, qui forgeait notre propre identité ou qui la détruisait en un fragment de secondes. Le lycée.  Cette jungle d'animaux sauvages et de biches sans défense. C'était dur de trouver sa place, c'était dur de trouver qui ont été dans cet endroit aux multiples facettes. Il était heureux de les revoir, de pouvoir échanger avec eux, mais il savait que dès que ces années folles seraient terminées, il comptera ces nombreuses personnes sur seulement les doigts d'une main et encore.. L'été était terminé, les cours recommençaient. Fin du monde ou joie extrême? Il se trouvait entre les deux sur cette échelle. Il commença a gratter les cordes de sa guitare avant que le cours ne commence. La mélodie résonna et berça les oreilles de nombreux élèves de cette classe aux petits groupes bien distinct. Il faisait parti du club de musique. Il n'était pas le plus populaire et encore moins un invisible encore une fois il était entre les deux. Il avait apprit à connaitre du monde, il avait le contact facile malgré qu'il cachait ses plus profonds sentiments. Il était discret sur ce qu'il ressentait vraiment, il s'était forgé cette barrière pour survivre en réalité. Personne n'avait réussi à connaitre son jardin secret. Il était musicien alors on ne cherchait pas plus loin, on ne cherchait pas à comprendre le véritable sens de sa musique. - Finalisée, elle est encore meilleur que la démo que tu m'avais fait écouté, il y a deux semaines. - Lâcha Eliott, son meilleur ami. Il excisa un sourire et susurra un merci entre ses dents, toujours concentré sur les accords de cette nouvelle chanson qu'il avait composé. Il cherchait encore les paroles, il n'avait pas encore trouvé les paroles dignes d'être accordées à cette mélodie. Il détourna un instant le regard pour plonger tout d'un coup sur ce dos et pas n'importe quel dos. Il avait entendu parlé de cette fille, il avait entendu les rumeurs, les non-dits. Il n'y avait pas cru, il n'avait pas envie d'y croire. Il fut fasciné par cette aura qu'elle dégageait. Une aura pas comme les autres. Il déposa sa guitare timidement en entendant la sonnerie, mais son regard fut toujours absorbé par cette fille. On ne lui avait pas dit son nom et il avait tout d'un coup envie de tout connaitre sur elle, de connaitre la vérité et de savoir comme elle se sentait. Il n'avait même pas entendu que la prof de littérature venait de lui poser une question. - Hum.. Quoi?  - Répondit-il après avoir entendu plusieurs fois son nom résonné comme un écho. Un rire collectif retentit dans la classe. - L'été ne vous a pas changé, monsieur Eastwood.. Toujours aussi déconcentré à mon cours. Je vous demandais si vous avez lu le livre que je vous avais demandé de lire après votre note catastrophique de l'an dernier, mais je suppose que non. -  S'exclama la prof de littérature sur un ton sévère, mais à la fois taquin. - J'avais commencé à le lire..  - Il se stoppa en voyant les regards fixés sur lui à part celui de la demoiselle dont il était fasciné depuis tout à l'heure.  - Mais vous ne l'avez pas terminé. Vous commencez très mal le premier semestre. Il va falloir vous remettre en question sinon vous savez ce que vous risquez.   -  Toujours des menaces. Il savait que si il n'avait pas le moyenne dans toutes les matières ses parents ne lui payerai jamais cette école de musique dont il rêvait d'aller l'année prochaine. - Oui madame Jonhson.  - Répondit-il doucement. - Bon commençons.. Oh! Mademoiselle Fox, je suis heureuse de vous voir de retour à mon cours. Vous nous aviez manqué.   - Fox, c'était son nom de famille.. Il attendait, il était aux aguets. Il attendait juste un petit mot de sa part. Sa curiosité grandissait et son coeur battait de plus en plus vite. Juste un petit mot, aller!
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myra Fox
avatar
missive : 7
since here : 26/02/2017
id, © : zoey deutch, sparrow
alias : abisror, lizzie.

MessageSujet: Re: hi, stranger.   Ven 26 Mai - 11:40


(○○○)

Le cliquetis des talons de la prof raisonne, le silence se fait après demande, mais seul le froissement des pages jaunies par le temps la captive. Elle a appris à faire presque totale abstraction de ce brouhaha qui l’entoure depuis… oui depuis. Les bruits elle ne les entend plus, elle n’entend rien, sauf ce boum boum incessant de son cœur, qui frappe comme ce flingue qui tire. Des gouttelettes perlent le long de sa nuque alors que les mots se brouillent sous ses yeux. Ce bruit sourd, cette détente sourd, elle l’entend, ça bourdonne dans sa tête. Ses doigts se crispent sur les pages qui se froissent. Elle ferme ses yeux, se concentre sur sa respiration surement trop flagrante. Une voix, douce et autoritaire raisonne derrière le bouchon de ses écouteurs. Elle se concentre sur les paroles, les mots, l’engrenage de son esprit se met en route. Elle se concentre sur ce raisonnement, la réponse est tellement évidente pour elle. Ce livre, cet écrit et cet auteur n’avait pas de secret. Elle en a arpenté les moindres coins, les sens cachés. Elle aurait pu le réécrire mots pour mot. Les tremblements de ses mains se calment, ses doigts reprennent difficilement une couleur rosée, elle lâche l’ouvrage et le referme, enfermant à son sein ce fragment passé. Son nom vient à raisonner à ses oreilles obstruées. Elle défait ses écouteurs les glisses dans la poche de sa chemise et relève son regard éteint par une lutte s’en fin. Elle acquiesce silencieusement à ses paroles pleines de bon ressentis, mais qui à ses oreilles  cela sonnait comme un reproche de ne pas être venue s’être présentée en bonne et due forme alors que la rentrée avait eu lieu quelque jours au par avant. Elle rebaisse le regard dans un battement de cils silencieux. Mais elle est la seule ici bas à être silencieuse. Les langues claquent, le venin se répand et la rend sourde. La bloody girl est là, la bloody girl effraye, mais surtout elle dégoute. - Ne vous en fait pas, si vous n’arrivez pas à suivre aujourd’hui, Mademoiselle Fox. Vous n’aurez qu’à me voir à la fin du cour, pour que je vous donne des documents afin de combler votre retard. - Mais la voix de la prof est engloutie par ces ricanements incessants, ces gestes de flingues en sa direction, et surtout, toujours ces regards avides, ces yeux malsains, trop curieux de sa prochaine faute. Elle attrape son sac, se lève et avance vers la prof. La classe retient son souffle, la peur se lit sur leur visage, comme si elle s’apprête à sortir un flingue, mais un vrai à son tour. Mais arrivée en face de l’adulte qui la surplombe d’une tête elle sort de son sac un paquet de feuilles. - Le dossier que vous allez nous demander en fin de cours, sur le roman que vous avez demandé l’étude pendant l’été. - Madame Johnson la dévisage et prend le dossier éberluée tout en le vérifiant dans les grandes lignes. – Si maintenant je peux être exemptée de votre cour pour aujourd’hui par ce travail j’aimerai aller étudier les autres matières Madame. – N’attendant pas vraiment de réponses elle remonte la bretelle de son sac sur son épaule et prend le chemin de sortie sous le regard ahuri de toute la classe. Elle referme la porte derrière elle et ne s’arrête pas là et se dirige vers le théâtre du lycée où personne ne va jamais. Elle dévale rapidement quelques marches avant de se lover dans un siège dans la pénombre du lieu. Seule la scène est allumée, lui procurant assez de lumière pour faire ce qu’elle a à faire. Elle vérifie une ultime fois son portable qui n’affiche rien, juste le néant, reflet parfait d’elle. Elle le repose loin d’elle et attrape son carnet à croquis. Encore à noircir une feuille, au lieu de son esprit. Elle sait qu’elle a le temps de noircir quelques feuilles avant d’être pourchasser par ces bêtes affamés de sa pauvre chair de proie. Ou peut-être moins qu’elle ne pense finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flynn Eastwood
avatar
missive : 4
since here : 26/02/2017
id, © : ross butler, mine.
alias : freesia, math.

MessageSujet: Re: hi, stranger.   Ven 26 Mai - 12:25


(○○○)

Madame Jonhson avait ajouté une phrase, mais il n'avait rien écouté comme d'habitude. Il attendait sa voix et quelle voix. Elle l'avait lu. Elle avait lu ce satané bouquin. Elle avait fait le travail demandé. Elle était bien plus forte qu'il ne l'avait imaginé. Elle avait ce répondant, elle avait cette façon de parler qui piqua encore plus sa curiosité. Il était ahuri comme les autres, comme leur prof. Il ne réfléchissait plus. Il voulait simplement lui parler. Il se leva.  - Est-ce que je peux aller au toilette?  - Demanda-t-il en ne fixant cette porte qu'elle avait refermée.  - Oui bien sûr et vous pouvez tous quitter mon cours à cette allure. File avant que je ne change d'avis.   -  Sarcasme qu'il n'avait même pas entendu, il avait attrapé son sac et avait filé hors de la classe. Il regarda le couloir aussi vide, une sensation bizarre le traversa. Il se sentait seul alors qu'il était loin d'être seul. Il secoua sa tête pour effacer cette pensée et aperçu la porte de l’amphithéâtre entre-ouverte. Il s'avança doucement. Le noir complet à part cette scène illuminée par les projecteurs. Il scruta l'endroit pour appercevoir un corps en mouvement. C'était elle. Il s'avança doucement pour ne pas lui faire peur. Il se posa sur un des sièges, le deuxième en partant de la droite du sien. Il observa ses gestes, elle dessinait dans un carnet. Il entendait sa respiration et il imaginait même les battements de son coeur qui grondait dans sa poitrine.  - Parfois, j'aime être seul dans le noir même si la lumière, elle est importante. Quand tu te mets en dessous, tu te sens vu. C'est ridicule hein?  - Il tourna la tête vers elle. Il avait peur, peur de l'effrayer, peur de la blessé. Il n'avait pas peur d'elle comme tout les autres qui croyait à cette sordide histoire. Elle était vrai, mais Flynn avait du mal à imaginer ça, à imaginer ces choses horribles qui lui sont arrivés. - Pardon..  - Il s'excusa en plongeant son regard sur la scène pour éviter ses yeux même si il avait très envie de les voir. Des millions des questions s'entrechoquèrent dans sa tête. Il n'arrivait plus à penser correctement et cette sensation de solitude le traversa encore..
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myra Fox
avatar
missive : 7
since here : 26/02/2017
id, © : zoey deutch, sparrow
alias : abisror, lizzie.

MessageSujet: Re: hi, stranger.   Ven 26 Mai - 13:34


(○○○)

Blanc remplacé par noir. Clair devenu sombre. L’uni changé en une autre entité. Ses idées, ces voix comme elle dit pour les désignées parfois, peut-être plus si souvent qu’avant, se bousculent, virevoltent, se pousse sur cette feuille blanche. La réalité est dépassée par les coups de crayons, morceau de son passé apparaît. Hors d’haleine, vide de tout, elle est ce flacon cassé qui répand sa substance sur cette feuille innocente, la souillant de son sang, de son poison, de son cauchemar. Le crayon se fige, suspendu dans le vide au-dessus de la feuille preuve du crime. Quelques instants où son cœur bat, où sa tête est vide, où rien ne la retient à cette vie qui est depuis longtemps plus la sienne. Puis, soudain cette voix grave et suave raisonne. Elle ne lui est pas adressée ? Si ? Durant un instant elle se pose la question, car voilà des semaines à par ses psychologues, que personne ne lui a adressé directement une phrase ou un mot. Elle tourne la tête et plisse les yeux pour distinguer la silhouette qui se trouve à quelques sièges à sa droite. Doucement une chevelure corbeau se dessine à ses yeux. Coiffée vers l’arrière, dont malgré des efforts bien marqué, une mèche tombe sur un regard intense. Ce genre de yeux qu’on oublie pas comme ça. Sombres, puissant, faisant preuve de force de volonté de capturé chaque détail qui l’entoure. L’angle d’une mâchoire, une courbe masculine qui émoie, mettant en avant deux lèvres rebondies, désirables. Deux commissures surplombant une protubérance ronde et discrète. C’est rondeur typiquement masculine la fascine, alors que son regard glisse, et semble vouloir chauffer cette peau halée, découvrant par le col V d’un t-shirt sombre la saillie d’une clavicule virile. Ses yeux glissent toujours plus, son regard curieux et presque trop envie de se glisser sous les couches de tissus. Pourtant, la voix tonne de nouveau, et la silhouette se mue, faisant sursauter Myra pour la première fois qui replie son carnet. - De quoi exactement ? -  Son regard curieux s’éteint et entre comme par automatisme dans la froideur de ce vide qui l’habite. Elle range ses affaires, et pose les lames de son regard sur ce mec qu’elle ne connait pas. - Il faut être plus précis. Tu t’excuses de venir observer la bête curieuse du lycée ? D’être venue te confronter au monstre sanguinaire ? Pardon d’avoir pitié de moi peut être, Toi le nouveau qui a entendu toute mon histoire et qui ne sait rien de moi. - Elle laisse sa langue claquer dans le silence raisonnant du théâtre vide. Elle se redresse et attrape sa veste et son sac. - Pour ce qui est de ta réflexion sur la solitude si tu veux la pousser plus loin, sache que le thème est bien expliqué dans L’étranger de Camus. Roman que tu n’as visiblement pas lu. Etre seul n’est pas naturel pour l’homme qui doit vivre sous ces lumières. C’est ces autres congénères qui l’excluent, le rendent malheureux avec ce sentiment de solitude. - Elle sort de la rangée de siège à l’opposé du jeune homme et arrivée au bout elle se retourne et regarde ce garçon à l’allure plaisante. - Un conseil le nouveau. Si tu n’es venu que pour le défi okay. Cependant, si tu es venu pour autre chose, ne traine pas avec moi. Garde cette étiquette de gars cool. A jamais. - Oui il vaut mieux pour lui que ça soit ça, qu’il l’écoute. Elle a assez fait de mal comme ça. Trop de mal. Quand elle va pour repartir elle le voit, ou croit le voir. Zach. Zach….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flynn Eastwood
avatar
missive : 4
since here : 26/02/2017
id, © : ross butler, mine.
alias : freesia, math.

MessageSujet: Re: hi, stranger.   Sam 27 Mai - 14:11


(○○○)

Elle se retourna pour le scruter. Elle avait ce regard observateur. Elle observait les moindres détails. Il fut tout d'un coup gêné d'avoir ses yeux rivés sur lui et ne pas savoir à quoi elle pensait. Elle replie son carnet et il sent l'orage arrivé. Cette phrase et puis ce regard qui s'est immédiatement vidé de toute curiosité pour ce transformer en cette noirceur. Le coeur de jeune homme battait la chamade. Il n'avait pas peur, elle était simplement impressionnante et certainement sur la défensive. Il pouvait tout à fait comprendre. De la défensive et surtout ce passé qui la hante et les moqueries qui la touche. C'est poignant. Sa voix déterminé fait gronder l'orage qu'il a vu venir à dix kilomètres. Il ne regrette en aucun cas d'être venue. Il est curieux et aimerait creuser encore plus. Il se releva en même temps qu'elle, un automatisme. Il avait envie de la retenir par le bras, lui faire face alors qu'elle fuyait. Il aurait du le lire ce livre. Par ses mots, il avait plus d'importance que quand leur prof de littérature lui avait donné entre les mains. Ses mots glissaient avec finesse. Ses tournures de phrase digne de ces romans barbants qu'il n'ouvrait jamais, lui donnait tout d'un coup envie de se remettre en question. Elle était littéraire cela se voyait, cela se ressentait. Elle était un néant, un trou noir poétique. Il aurait tellement voulu la connaitre quand elle avait ces étoiles pétillantes dans les yeux, le sourire soleil accroché à son visage. Il courra instinctivement pour la rattraper.     - Attend!  - Cria-t-il en arrivant à sa hauteur.  - Je ne suis pas vraiment nouveau. Il est vrai qu'on ne s'est pas connu avant, mais j'aimerais prendre ce risque enfin.. Le risque de te connaitre.   -  Ses yeux suppliants. Il aurait même oser se mettre à genoux, mais il avait à faire à une coriace ou une folle comme les autres aimaient l'appeler. Il ne savait plus le surnom qu'il lui donnait, il n'en avait rien à faire, c'était des cons tout simplement. Il voulu plus que tout apprendre à la connaitre, l'aider. Oui, il avait envie de l'aider. On a toujours besoin de quelqu'un pas vrai? Non.. Il ne savait plus trop quoi en penser. Il avait été attiré comme un aimant comme-ci c'était écrit, comme-ci ce fichu destin faisait bien les choses. Oui, il était certain qu'il devait rencontrer la Fox. D'ailleurs, il ne connaissait pas encore son prénom.  - Je ne connais même pas ton prénom.. Moi, c'est Flynn.    - Il lui tendit la main avant de la ramener vers lui timidement, il ne savait pas trop si il devait lui serrer la mains ou pas. Il ne savait pas si elle en avait envie. - Tu n'es pas obligé de me serrer la main si tu n'as pas envie. C'est vrai, je connais rien sur toi à part ce qu'on m'a dit, mais je me fiche de ce qu'on m'a dit.. Je m'en fiche.  Tu ne connais rien sur moi non plus alors ne jette pas des jugements trop attifes. Tu as tort sur cette étiquette de gars cool..  - Elle arrivait à le faire avouer des choses qu'il n'avait encore jamais dite. Il arrivait à montrer ses sentiments tout d'un coup, à faire tomber cette barrière. Oh oui, il était certain qu'ils étaient liés par une quelconque force. Son aura y était pour beaucoup et il sentait qu'il n'arriverait plus à se décrocher de cette jeune femme mystérieuse, remplie de secrets douloureux.
  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myra Fox
avatar
missive : 7
since here : 26/02/2017
id, © : zoey deutch, sparrow
alias : abisror, lizzie.

MessageSujet: Re: hi, stranger.   Sam 12 Aoû - 21:46


(○○○)

Sale. Juste sale de ses mots, de ses actes. Tachée d’un passé tenace. Odieuse cicatrice qui balafre sa vie et fait saigner encore son cœur. Plus aucune raison de panser ses blessures qui ne cessent de se rouvrir constamment. Animal blessé, mourant goutte après goutte de sang versée, elle refuse qu’on l’approche aboie, crache son venin cette chimère des cauchemars de la doxa. Cette vision astrale, la même qui vient la narguer quand le sommeil lui est profitable. Sur des lèvres rouge vif, contraste de cette vision cadavérique, les mots, les mêmes sons silencieux, « don’t trust this bitch !!! ». Il se projette en avant juste si près de son visage qu’elle se retourne terrifiée. Elle se retrouve face au jeune homme à la tignasse corbeau. Un risque… elle reprend difficilement de cette conversation ou juste de ce monologue à un public spectral. Il se présente d’un nom enfantin, des lettres qui lui rappelle une enfance sans être la sienne. De douce consonnances d’un anti-héro, le gars paumé qui atteint des sommets par un certain changement de vie, de chemin. – Tu ne t’en fiches pas. – Son regard revient d’entre les morts, ses yeux se posent et semble glacer tout autour d’elle. Reine des glaces, bloody queen. Sa langue claque dans le vide de la pièce silencieuse. – Tu ne t’en fiches pas. Si tu t’en fichais tu ne te serais pas précipiter comme tu l’as fait. Tu ne me retiendrais pas comme tu le fais encore ici. Je t’intrigue comme la … bloody girl. C’est ainsi qu’ils parlent de moi, hein ? – Elle se rapproche de lui avec un regard noir comme une prédateur prête à dévorer une proie. – La bloody girl qui a appuyé avec son frère sur la détente afin de faire exploser la pauvre tête du suicidaire.  – Elle n’est plus qu’à quelques centimètres, centimètres qui la dégoutent. Les gens la dégoutent, les autres, elle, le monde est un amas de déchets, de putréfaction pour elle. Elle, elle-même est la première pourriture sur cette terre. – Que tu le veuilles ou non on a tous une étiquette dans le dos. Ne te plains pas d'avoir gagné le gros lot, quand se tient en face de toi la folle du lycée, de la ville, du comté même. La folle a beaucoup de droits ici. Comme le fait de te dire ça : ne t’approche pas de moi le mec à la guitare, ne cherche pas à me connaître, ne cherche pas à t’approcher de moi. Il pourrait t’arriver pire que ton pauvre petit cerveau d’artiste ne puisse imaginer. – Venin une fois répandu, l’éclabousser de ce sang sécher sur ses vêtements de morte ne lui fait plus peur à la Fox. Elle n’a plus peur de rien Myra, elle n’a plus rien à perdre, elle a laissé sa conscience aux mains de la folie, alors qu’importe d’accentuer ou non son mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: hi, stranger.   

Revenir en haut Aller en bas
 

hi, stranger.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [09/11/2011] Tenue de Stranger
» [Série] Stranger Things
» [Série Tv] Stranger Things
» opening yourself up to a stranger is maybe the best solution ღ imogen & ariadna
» Stranger in the night (clin d'oeil à Polype)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ROLE PLAY ZONE :: swansboro - north carolina-